Blogue

  • FÉVRIER 2011

    INVITATION, MARDI 8 FÉVRIER 2011 - 16H
    Vernissage de l'exposition consacrée à l'œuvre de Jacinthe Lavoie L’art du conte dans l’univers de Petite Souris
    au CorridArt, à Bécancour.
    16h30 Conte par Jacinthe Lavoir accompagnée du musicien Jean-Luc Lavigne.

     

    27 January 2011
  • Lancements du nouvel essai - collection « Regards »

    Le conte : témoin du temps, observateur du présent

    à Sherbrooke, 5 à 7, le samedi 22 janvier 2011
    Productions Littorale
    (138, rue Wellington Nord, Sherbrooke, Québec, J1H 5C5)
    renseignements : 819 566 6996 - info@productionslittorales.com

    20 January 2011
  • Le conte : témoin du temps, observateur du présent

    "Le conte est d’une longue tradition de parole et de mémoire humaines. Patrimoine immatériel, patrimoine vivant, il est témoin du temps, il est observateur du présent. Aujourd’hui où tant d’autres moyens et valeurs accompagnent l’humain dans sa destinée, quels sont encore la place du conte et son rôle à jouer ? Les réponses qu’il propose, les questions qu’il soulève,

    20 January 2011
  • Alexis le Trotteur

    par Jocelyn Bérubé

    1924, le cinéma muet est à son apogée; celui d’Amérique y est dominant ; les sous-titres de leurs «vues» sont facilement traduits et leurs films sont vus partout, même dans les salles paroissiales des villages les plus reculés du Québec. Le grand cinéaste d’Hollywood, John Ford – qui n’a qu’un œil, mais le bon – sort cette année-là un western fameux : The Iron Horse, un hommage en filigrane à l’Amérique du XIXe siècle conquérante des terres de l’Ouest, soudant leur destin à celles de l’Est. The Iron Horse devient un symbole d’union et de puissance au prix de l’anéantissement des nations amérindiennes rencontrées sur son passage.

    07 January 2011
  • Le grand Jocelyn Bérubé, 40 ans de conte

     

    D’entrée de jeu, je l’avoue, j’aime Jocelyn Bérubé, et depuis longtemps. Musicien, comédien, écrivain, mais avant tout conteurJocelyn Bérubé cumule plus de 40 années de pratique du conte. Pour lui – et pour moi –, tout a commencé dans les années 1970 avec l’aventure du Grand Cirque ordinaire ; il découvre le conte et le violon, et cette nouvelle passion pour la tradition orale le portera à la partager sur scène, comme il l’a fait avec le théâtre populaire. Il produit deux microsillons, Nil en ville (1976) et La bonne aventure (1980), mariant musique et conte.

    05 January 2011
  • Et si c’était vrai ?

     Un conte de Noël

    C’était sa cabane, sa caverne d’Ali Baba pleine de ces trésors insoupçonnés qu’il trouvait lors de ses voyages. La nuit surtout. Il n’aimait pas sortir le jour. À cause des chats, qu’ils soient blancs, noirs ou chamarrés. Il n’aimait que les chats gris parce qu’ils sont mystérieux, affirmait-il. Il en hébergeait plusieurs chaque nuit. Certains seulement de passage pour un bref séjour, et des habitués installés depuis des mois.

    20 December 2010
  • Dans la maison de La Grande Oreille

    Débarquer à Paris, fin novembre, avec 5 cm de neige et -4 °C, c’est déjà déroutant. Être invitée chez  Lionnette Arnodin , qui abrite les bureaux de  La Grande Oreille,  tient de la boîte à surprise. Car déjà, une grande maison avec un jardin, à 5 minutes de la ligne T3 de tramway et à 10 minutes de la Porte d’Orléans dans le 14e, c’est étonnant !

     La revue La Grande Oreille , créée en 1999 et spécialisée dans les arts de la parole, publie quatre numéros pa r année. Lionnette y participe depuis ses débuts et, en 2004, la reprend comme rédactrice en chef. Elle installe son équipe constituée presque complètement de bénévoles dans sa maison.

    08 December 2010
  • Nouveau Planète rebelle !

    Cette expression m’a toujours amusée. Du Tide « renouvelé », du Coke « Nouveau » ou Nouveau : de l’aspirine enrobée ! En fait, un vieux produit que l’on connaît bien, mais dont le contenant est revampé. Pourquoi donc un nouveau site Web pour Planète rebelle et ce blogue qui voit le jour ?

    15 November 2010
  • Coucou bonheur ! : rencontre avec Jennifer Couëlle

    Retrouver Jennifer Couëlle avec un nouveau titre, c’est se préparer à savourer une bonne gourmandise. Pourquoi ? Parce que son écriture est poétique, rythmée, vive, pleine d’esprit. Parce que Jennifer sait laisser parler sa part d’enfance à travers son écriture maîtrisée, son imagination fertile et malicieuse. Parce que Jennifer aime les histoires généreuses, où elle donne à ses personnages la chance d’aller plus loin dans leur propre vie. Un vaste territoire leur est offert pour explorer le monde ou tout simplement leur intériorité…

    14 November 2010
  • Voir le conte

    Depuis 18 ans, j’organise le festival du conte LES JOURS SONT CONTÉS EN ESTRIE. Dix-huit années à rencontrer des conteurs venus d’origines diverses. Un grand privilège. Au fil du temps, plusieurs sont revenus, sont devenus des amis.
    Avec eux, j’ai pu commencer lentement à comprendre leur art : LE CONTE.
    Les premières années, j’ai sans doute fait comme la plupart des gens : écouter les contes pour le simple plaisir d’écouter une histoire. Un divertissement fort agréable et, comme pour toutes les autres disciplines,

    12 November 2010