« Un conte pour célébrer le printemps ! »

Au mois de janvier 2009, j’ai lu pour la première fois un manuscrit de Denis Côté, intitulé L’amélanchier. J’ai eu immédiatement un coup de foudre pour la petite Tinamer de Portanqueu et sa famille. La description du « bois enchanté » et l’évocation du lac Saint-Pierre – avec ses 27 espèces de plantes rares et ses 167 espèces d’oiseaux – et du feu d’artifice de l’amélanchier en fleurs ont changé une froide soirée d’hiver en une magnifique matinée de printemps !

L’amélanchier raconte l’enfance fabuleuse de Tinamer de Portanqueu, anagramme référant à Martine, fille de Jacques Ferron. Ce classique de la littérature québécoise écrit pour les adultes est aujourd’hui raconté aux jeunes par Denis Côté. Dans un véritable travail de création, il ose commettre « un sacrilège » : il s’approprie l’histoire et la restructure, en se concentrant sur l’univers de l’héroïne.

Le bon côté de l’enfance
Tinamer grandit auprès d’un père loufoque, d’une mère qui porte le nom d’un volcan, de quelques chats et d’un chien. À l’âge où la frontière entre fiction et réalité n’existe pas, la fillette en chouclaques rouges nous entraîne dans son bois enchanté où Alice du pays des merveilles et Pinocchio partagent ses aventures oniriques. Là où les arbres parlent. Parmi eux se trouve le flamboyant amélanchier…

D’heureuses rencontres
Cette histoire avait tout pour me plaire et la proposition de Denis Côté ne pouvait que me réjouir car Ferron lui-même se considérait comme « le dernier d’une tradition orale et le premier de la transcription écrite ». Rappelons que Planète rebelle a pour mandat d’éditer la parole conteuse. Imaginer une telle publication dans une collection de livres illustrés, accompagnés d’un support audio, allait au-delà de l’idée initiale de Denis Côté et lui permettait d’envisager des prolongements à ce long travail d’adaptation.

Un heureux hasard a voulu qu’Anne Sol, nouvellement arrivée au Québec, nous présente son travail d’illustratrice la même année, au Salon du livre de Montréal. Son univers poétique inspiré par l’enfance et la nature, réalisé en photomontage, correspondait tout à fait à l’atmosphère de L’amélanchier de Ferron-Côté. C’est ainsi que ce projet lui fut confié. Quant à Tinamer, Johanne Marie Tremblay, comédienne, lui prête sa voix, tout en nuance, en image et en sensibilité.

L’amélanchier sort en librairie le 30 mars prochain. Dès aujourd’hui, nous lançons le concours Qui suis-je ? Chaque semaine, pendant trois semaines, nous mettrons une devinette en ligne pour tester vos connaissances sur ce grand écrivain et son œuvre. Nous ferons tirer un album dédicacé par semaine parmi ceux et celles qui auront les bonnes réponses. Chaque semaine, nous présenterons aussi des entrevues avec l’auteur Denis Côté, l’illustratice Anne Sol et la narratrice Johanne Marie Trembay qui nous parleront chacun et chacune de leur approche de ce travail.

Un lancement est prévu le soir de l’ouverture du Salon international du livre de Québec, le 13 avril 2011, en présence de Denis Côté et d’Anne Sol. Inclus dans les activités du Festival Metropolis bleu, un second lancement se fera à Montréal, le 20 avril, dans le cadre d’une exposition, à la Bibliothèque Frontenac, sur l’œuvre de Jacques Ferron, en présence de sa femme et de sa fille. Suivez-nous sur notre blogue et sur Facebook pour avoir tous les renseignements sur les événements entourant la sortie de cette première adaptation pour enfants d’une œuvre de Ferron.

Souhaitons longue vie à ce conte, publié pour la première fois… le 11 mars 1970 !

Marie-Fleurette Beaudoin
éditrice
 

See video
Section: