Qui a dit que le livre se portait mal ?

Le 6 février 2013, Planète rebelle lançait une enquête en ligne sur les habitudes d’achat des lecteurs. Diffusée sur les réseaux sociaux et parmi ses abonnés, elle a été lue par plus d’une centaine de personnes qui ont répondu aux quatre questions posées. Merci pour cette belle 

participation !

Ces résultats sont-ils représentatifs ? Il est certain que nous nous sommes adressés à un échantillon de la population particulièrement sensible à notre démarche éditoriale. Un public privilégié concerné par le livre, le livre avec CD et le conte.  Pour autant, les résultats font chaud au cœur et voici venu le temps de les partager ! Qui a dit que le livre se portait mal ?

53 % des participants ont acheté plus de 10 livres en 2012 et, bonne nouvelle pour elles, les librairies indépendantes sont en tête des points de vente fréquentés avec un total de 48 % des réponses collectées. Les achats en ligne, quant à eux, représentent 28 % des réponses. Par ailleurs, 71 % des lecteurs en France ont acheté plus de 10 livres en 2012, contre 50 % au Canada.

Au Canada comme en France, les lecteurs préfèrent se rendre dans leur(s) librairie(s) de quartier pour se procurer leurs livres. Viennent en deuxième position les chaînes de librairie et, en troisième, les achats en ligne.

Il apparaît clairement qu’une minorité de lecteurs achète leurs livres directement sur le site d’un éditeur et que la grande majorité ignore même cette possibilité.

Pour l’équipe des Éditions Planète rebelle, c’est un plaisir de constater que les librairies figurent en tête des points de vente. Depuis de nombreuses années, nous privilégions les partenariats avec les libraires en organisant des animations pour diffuser la parole des artistes et mieux faire vivre nos livres.

Notre site est une vitrine de notre conviction éditoriale atypique. Il a également pour vocation de présenter notre actualité, de promouvoir le conte au niveau francophone et de rendre accessible la totalité de notre catalogue où que se trouve le lecteur, en version papier, en fichiers MP3 ou en versions numériques.

Grâce à vos réponses, nous comprenons que le livre est toujours vivant malgré toutes les incertitudes qui règnent sur le milieu culturel ici et ailleurs.

Merci !

Section: