Pour la rentrée : des contes, de la poésie et un ouvrage pamphlétaire…

Difficile de laisser l’été derrière soi, mais la bousculade de la rentrée nous fait vite oublier les vacances. Chez Planète rebelle, la rentrée prolonge l’esprit des vacances avec un recueil de dix contes de Jocelyn Bérubé, Large et rivage, dont la majorité sont des inédits, en librairie ce mercredi, le 11 septembre. Des histoires de mer, à l’origine de notre monde, de navigation avant que les vents se dispersent sur les océans et la terre, et aussi sur les bords du Saint-Laurent, que les Premières Nations nommaient « le grand fleuve qui marche ».

Un nouveau livre avec CD audio dans la collection « Paroles », présentant de contes imprégnés de la beauté de son pays d’adoption, Cap-Saint-Ignace, dans le bas du fleuve. Sur le CD d’une durée de plus de 79 minutes, quatre contes racontés avec la verve et la fougue légendaires de Jocelyn Bérubé, entouré de ses vieux complices et musiciens Pierre Laurendeau, Vincent Beaulne, LG Breton, Mario Giroux et le Chœur des naufragées.

Le parcours multidisciplinaire de Jocelyn Bérubé le mène, notamment, du théâtre au cinéma, de la radio à la télévision, du disque vinyle au livre avec CD, de la Louisiane au Rwanda, du Lincoln Center au Théâtre du Rond-Point. En 1994, il se mérite à Paris une médaille aux Jeux de la francophonie (volet « Contes et conteurs ») et, en 2009, le prix du Mérite français dans la culture, remis par l’Union des écrivaines et écrivains québécois. Nil en ville, L’oiseau couleur du temps et, plus récemment, Le retour de Nil et Portraits en blues de travail, publié chez Planète rebelle, jalonnent l’imaginaire québécois au gré des vivacités culturelles – et contre-culturelles.

En librairie le 18 septembre

Pour les enfants, un nouvel album avec CD audio de la conteuse et musicienne Suzanne De Serres, Tsuki, princesse de la Lune, dans la collection « Conter fleurette ». Inspiré de Kaguya-hime, un conte japonais du Xe siècle, ce conte musical est le fruit de précieuses collaborations : avec la musicienne d’origine japonaise Yuki Isami, également complice dans l’écriture ; l’illustratrice française Virginie Rapiat, véritable magicienne de la couleur ; et, bien sûr, la Compagnie musicale La Nef à la réalisation du CD. Les contes musicaux de Suzanne De Serres bruissent de vie. Ses instruments à vent très anciens, aux sonorités claironnantes ou envoûtantes, charment le cœur et fascinent l’oreille. En fait foi le succès de Licorne et de Flûte de flûte, Victor !, ses deux premiers albums avec CD audio publiés chez Planète rebelle. Ses spectacles ont été acclamés par les publics de La Nef, de l’Orchestre I Musici de Montréal et des Jeunesses musicales du Canada, ainsi que le jeune public des écoles et des bibliothèques où Suzanne De Serres se produit régulièrement.

En librairie le 9 octobre

Succédera à cette rentrée tout en douceur un ouvrage à caractère pamphlétaire du conteur et musicien Michel Faubert, Trad ! Petit lexique bête et méchant à l’usage des néophytes.Une stimulante « montée de lait » de la part du passionné Michel Faubert à l’égard des attitudes caricaturales de plusieurs qui font stagner les milieux traditionnels. Michel Faubert est l’une des figures incontournables du renouveau de la musique traditionnelle au Québec. Il est reconnu pour l’originalité et la qualité de sa démarche artistique sur la scène culturelle québécoise depuis une vingtaine d’années. Sa contribution à de multiples publications et aux Charbonniers de l’Enfer fait de lui l’un des artistes québécois les plus polyvalents et prolifiques de sa génération et un témoin privilégié des milieux de conte et de la musique traditionnelle au Québec. À surveiller. 

Toujours en octobre sortiront deux recueils de poésie, l’un par des enfants, Apprentis poètes !, dans la collection « Traces », et l’autre pour les enfants, Papoumamie, dans la collection « Petits poèmes pour rêver le jour ». Apprentis poètes ! est le fruit du travail de création en ateliers par des enfants du Pignon Bleu – La maison pour grandir, un organisme communautaire multiservices œuvrant auprès des enfants de 0 à 12 ans, des familles et des personnes sans emploi de la ville de Québec. Pour le livre, des jeunes âgés entre 7 et 11 ans ont été accompagnés dans cette démarche par des poètes issus de toutes les générations, qui ont partagé avec eux leur expérience. Tantôt tendres, tantôt mordants, les poèmes puisent à l’imaginaire des jeunes d’aujourd’hui et témoignent de leur réalité. Les paroles de Michel Pleau, Geneviève Morin, Sylvie Nicolas, Édith Bourget, Pierre Lavallée, Renaud Pilote, Guy Marchamps et Hélène Matte se mêlent à celles d’Élodie, Sara, Danyel, Gabrielle, Jasmine, Tommy, Carine, Daphné et leurs amis, et donnent à entendre des paroles vives et saisissantes, accompagnées par des ambiances sonores et musicales de Mathieu Campagna. La collection « Traces » a pour objectif de donner la parole à des personnes au cheminement atypique ou en situation de difficulté en marge des parcours dominants.

Papoumamie est le quatrième recueil de poésie pour les enfants de Jennifer Couëlle, illustré avec humour par Lou Beauchesne. Tendres et ludiques, ces quinze courts poèmes posent un regard sur la fascinante complicité enfants/grands-parents et célèbrent la liberté d’esprit des grands-parents d’aujourd’hui. Autant de petites scènes du quotidien qui se déroulent dans divers pays et sont l’écho de la voix d’enfants découvrant la formidable fantaisie des choses de la vie.

Née en Italie, Jennifer Couëlle vit à Montréal. En 2005, elle publie en France ses premiers albums : La souris qui vit plus loin que le bout de son nez et Le cœur dans la tête, sélectionné dans la catégorie Maternelle-CP pour le prix Chronos de littérature 2007. Aux éditions Planète rebelle, elle a inauguré la collection « Petits poèmes pour rêver le jour » avec Un chat sous les draps (2007), suivi de Ballons au ciel (2008) – sélectionné pour le prix du Livre jeunesse des bibliothèques de Montréal 2009 –, puis de C’est bleu c’est vert (2009). Elle est en résidence à la Bibliothèque Rosemont, à Montréal, où elle anime des ateliers de poésie avec des classes de deuxième année du primaire.

Lou Beauchesne a étudié en arts visuels à l’Université du Québec où elle remporta la bourse Omer DeSerres. Elle a participé à des expositions tant au Québec qu’en France et travaillé au cinéma comme peintre scénique et costumière, avant d’obtenir un baccalauréat en Design graphique. Aujourd’hui, elle partage son temps entre l’enseignement, le cinéma et l’illustration (affiches, couvertures de livres, romans et albums). En 2010, elle recevait une mention spéciale pour ses illustrations dans Contes absurdes pour délier la langue, de Jacques Pasquet (Planète rebelle, 2009), décernée par le Salon du livre de Trois-Rivières.

En librairie le 23 octobre.

Enfin, pour les Fêtes, Planète rebelle publie un conte de Noël, Grindel et le bouc de Noël, écrit par Sylvi Belleau et illustré par Suzane Langlois. Ce conte est un voyage autour du monde : Afrique du Nord, Antilles, Mexique et Amérique du Nord, où la petite Grindel, accompagnée de son bouc de paille – une tradition suédoise –, part à la recherche du pays des cadeaux. Elle apprendra différentes coutumes pour célébrer Noël. Mais une drôle de surprise les attend au pays des cadeaux ! Grindel et le bouc de Noël est adapté de la pièce Julbok, le bouc de Noël, présentée depuis plusieurs années au Théâtre de L’Esquisse, à Montréal, pendant la période des Fêtes.

Sylvi Belleau est conteuse, comédienne et auteure dramatique et œuvre auprès du jeune public. Détentrice d’une maîtrise en Art dramatique à l’UQAM sur le théâtre Nô, elle a à son actif de très nombreuses représentations et journées d’atelier avec le programme « La culture à l’école ». Fondatrice du Théâtre de la Source en 1985, elle a adapté plus de quarante contes en courtes pièces interprétés par les jeunes dans des ateliers de théâtre en milieu scolaire.

Suzane Langlois privilégie l’aquarelle pour sa luminosité et sa légèreté. Elle recevait, en 2002, le prix du livre M. Christie pour ses illustrations du roman jeunesse Pourquoi le monde est comme il est ?, publié à La courte échelle sur un texte de Sylvain Trudel. Elle poursuit parallèlement des recherches en arts visuels, mêlant techniques mixtes, collages, matériaux récupérés et peinture acrylique. Ses œuvres ont été exposées en divers lieux au Québec.

Bonne rentrée à tous et je vous convie en octobre à de nombreux événements. Surveillez les prochaines infos sur le site et sur notre page Facebook.

Marie-Fleurette Beaudoin, éditrice

Section: