La belle et le marinier et autres contes du fleuve : le Québec d’autrefois et son fleuve

Lucie Bisson rend un bel hommage au Québec d’antan avec ses textes du recueil La belle et le marinier et autres contes du fleuve. J’ai personnellement apprécié ses personnages typiquement québécois : le sot du village, le curé, le laboureur et sa femme aux courbes chaleureuses, la jeune fille amourachée, le jeune homme devant faire ses preuves et, surtout, les figures « diablesques » représentées par le diable lui-même ou par cette vieille sorcière vivant seule dans la forêt.

 

En plus de leurs personnages traditionnels, ces histoires possèdent l’un des traits les plus notables de la littérature québécoise traditionnelle : les pouvoirs mystérieux attribués au fleuve qui fut si important pour nos ancêtres. Ces contes nous rappellent ce qui était essentiel à la vie d’autrefois, la terre et l’eau, et les pouvoirs créateurs et destructeurs qu’ils portaient avec eux.

 

La lecture de ces contes est agréable en raison de leurs thèmes ancrés dans notre passé collectif et de leur brièveté, mais ils s’écoutent encore mieux sur CD ou MP3. C’est ainsi qu’on peut le mieux savourer ces contes modulés par des chants, comme celui qui donne son nom au recueil, La belle et le marinier, auquel le compositeur et musicien Étienne Loranger a su insuffler la vie !

 

Carole-Ann Perron,

stagiaire

Section: