Pellicane, Myriam et Delbouys Eric

Fraicheur de l'arc, plume charmante de la flèche, tambour aux pétales superbes, histoires à coucher dehors, un duo de choc, résolument urbain et imprévisible qui renouvelle les rites anciens...

Myriam Pellicane et Eric Delbouys : ces deux-là sont imprévisibles, vraiment. Le calme ou la fureur, la fluidité ou l’interjection dans les sons comme dans les propos, l’unisson ou la dissonance, on ne peut savoir ce qui va se passer. D’ailleurs, et c’est un comble, eux-mêmes ne le savent pas. C’est pourquoi ils sont attentifs l’un à l’autre : chacun guette ce qui va zurgir. L’autre est imprévisible, et c’est sans doute ça qui le rend monstrueux : l’inhabituel, l’insolite, l’insolence. Et c’est bien cette insolence qui porte signe, qui donne à voir, qui monstre. Ces histoires pleines de créatures et de destinées improbables cheminent de concert avec un discours musical inouï; mais c’est au croisement des deux, à la coïncidence, que se dessine l’inattendu : le miroir qui épingle notre normalité.